Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

La Route 66 : les États-Unis comme il y a cent ans

La Route 66 : les États-Unis comme il y a cent ans

Il n’y a pas de route plus populaire du monde que la Route 66, qui traverse le centre des États-Unis. Des milliers et des milliers d’histoires l’ont usée en un peu plus de 50 ans. Aujourd’hui, cette route légendaire est, plus qu’une route, le souvenir d’une splendeur passée et bien de voyageurs aiment la photographier pour la comparer à ce qu’elle fut.

Un peu d’histoire.

La Route 66, la principale des États-Unis a été inaugurée en 1926. Elle s’étendait sur 3940 kilomètres et unissait l’est et l’ouest en traversant huit États dont la plupart sont répartis dans l’intérieur de ce pays, vaste et inhospitalier : l’Illinois, le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le Nouveau-Mexique, l’Arizona et la Californie.

Ruta66 (2)

Cette longue route fut spéciale dès le départ, de par le fait qu’elle permit à de nombreux émigrants, dans les années trente, de se déplacer à la recherche de fortune vers l’autre côté du pays — selon les dires, il y avait beaucoup plus de chances de la trouver là-bas. Ce furent alors des voyages de plusieurs semaines qui restèrent gravés dans la mémoire de plusieurs générations et convertirent cette route en un tout un mythe.

La Route 66 n’existe plus.

Ruta66 (3)

Ou, du moins, pas en tant que telle, Route 66. Voyons pourquoi. Pendant un demi-siècle, la Route 66 fut pratiquement la seule route qu’on pouvait emprunter pour se déplacer du nord-est au sud-ouest. Dans les années quatre-vingts, elle fut remplacée, tronçon par tronçon, par un nouveau réseau routier fédéral et elle finit par disparaître en juin 1985.

Toutefois, les États-Uniens se résistaient à effacer de leurs mémoires ni des cartes, d’ailleurs, ce qui fut leur Mother Road pendant bien des années. C’est ainsi que les États qu’elle traversa commencèrent à en récupérer de petits bouts en installant des panneaux indiquant sa nouvelle appellation, « Historic Route 66 ».
Sin embargo, los estadounidenses no querían borrar de su memoria –ni tampoco de los mapas– la que fue su

C’est facile d’avoir la nostalgie et de se faire une idée de l’importance de cette route pour les États-Uniens du XXe siècle, surtout lorsqu’on écoute la chanson éponyme, « [Get Your Kicks on] Route 66 », écrite par Bobby Troup et interprétée pour la première fois par Nat King Cole en 1946.

Nostalgie sur le bitume.

Il n’est plus possible maintenant de faire la Route 66 originale, mais l’Historic Route 66 permet de s’imaginer comment les gens voyageaient il y a presque 100 ans. Cette dernière est parallèle à des autoroutes interétatiques, surtout à l’I-44, l’I-40 et l’I-15, où on peut circuler à plus grande vitesse et dont le tracé est plus droit.

Ruta66 (4)

Elle traverse aussi des villes et de petits villages, comme le faisait la Route 66. Beaucoup de ces localités furent prospèrent à l’époque où la Route 66 passaient par eux, mais sont maintenant sur le déclin, surtout celles qui sont le plus éloignées des interétatiques.

Au fur et à mesure qu’on avance, les panneaux de signalisation et les panneaux publicitaires typiques confirment qu’on est sur le bon chemin. On peut constater sur 4000 kilomètres que la liste des sites à visiter est interminable. Le temps est arrivé à convertir même le motel le plus minable et la station de service la plus délabrée en des objets intéressants à photographier.

Ruta66 (5)

Si vous vous déplacer d’un village à un autre en voiture et que vous arrivez à une route qui soit étroite et à une seule voie, avec le bitume tout plein de fissures et calée entre des champs, vous êtes probablement sur un tronçon de la Route 66 originelle. Il n’en reste pas beaucoup et ce n’est pas maintenant que je vais vous dire où les trouver. Je vous laisse faire, vous n’en serez que plus satisfait.

Pourquoi faire la Route 66.

Ruta66 (6)

Cela ne fait aucun doute que la Route 66 est l’un des plus grands symboles des États-Unis, mais est-ce raison suffisante pour faire un aussi long trajet en voiture ou en bus ? Pour certaines gens, cela devient le voyage, voire l’aventure, de leur vie. Pour d’autres, c’est une façon de traverser le pays si on a le temps.

Les principales destinations des États-Unis sont situées sur les côtes et dans le nord du pays. Je vous parle de Miami, New York, Boston, plusieurs villes californiennes, Portland et d’autres incontournables dans le centre comme Chicago, Las Vegas et les parcs nationaux Grand Canyon et Yellowstone.

En faisant toute la Route 66, ou plutôt, en voyageant parallèlement à elle, vous passerez par Chicago, Las Vegas, Los Angeles et l’Arizona — où vous aurez la possibilité de voir le Grand Canyon, qui se trouve relativement près. Au vu de cela, on peut considérer que la Route 66 est encore une bonne voie de communication, comme elle le fut au milieu du siècle passé.

Ruta66 (7)

Pur style américain, très gringo même, diraient certains : motels, restaurants, cafétarias, stations d’essence, garages, magasins, bureaux de poste, etc., dont beaucoup sont tombés en désuétude et prêts pour tout voyageur avide de photos, et d’autres ont été convertis en boutiques de souvenirs. Tous ont un élément commun : l’emblème portant le nombre 66 en grand, signe d’identification d’une route et icône touristique d’un pays.

Comment parcourir la Route 66.

C’est souvent compliqué de faire la Route 66, car à certains moments, elle bifurque, traverse des villes, se coupe, est envahie par des champs et empiétée par de nouvelles routes. Il arrive même parfois qu’on ne sache pas à quel moment on l’a perdue. Dans ces cas-là, il n’y a pas d’autre choix que de conduire pendant plusieurs kilomètres sur les routes interétatiques.

C’est donc une bonne idée de se procurer un guide de voyage qui ait des cartes de cette route. Un GPS aussi. Ou bien les cartes enregistrées dans le téléphone portable.

Ruta66 (8)

Cela prend du temps pour conduire 4000 kilomètres. Combien ? Cela dépend de la distance qu’on parcourt chaque jour et des arrêts qu’on fait. Bon, mais, je peux me hasarder à dire que deux semaines, c’est très juste pour faire la route en entier.

Il va sans dire que pour faire la Route 66, il faut un véhicule. On peut en louer dans la ville qu’on a choisie comme destination. La voiture est mieux à cet effet, c’est plus commode, mais la moto est plus authentique.

Faire la Route 66 n’est pas un voyage économique. Bien que l’essence ne soit pas chère aux États-Unis — en juin 2016, elle coûtait 2,30 dollars américains le gallon, soit 0,75 euros le litre —, les vols vers ce pays ainsi que la location de véhicules augmentent le prix du voyage.

Pour entrer aux États-Unis, les citoyens de certains pays n’ont pas besoin de visa traditionnel. Il leur suffit de solliciter une autorisation de voyage pour les États-Unis, dite ESTA sur l’internet.

Para viajar a Estados Unidos, los ciudadanos de determinados países no necesitamos aplicar por el visado tradicional. Basta con tramitar la ESTA (Electronic System for Travel Authorization) por Internet.

J’imagine que vous savez déjà que la monnaie officielle des États-Unis, c’est le dollar américain. Comme le blog Travel and Exchange vous le recommande, vous pouvez changer vos devises contre des dollars américains d’une façon simple chez Global Exchange.

© Photos: Randy Heinitz,Paul FalardeauShal Farley, Ross Griff y Anna.

Juan Ayala

Economista y blogger profesional de viajes. A principios de 2013, decidí romper con la rutina y ahora vivo en un continuo viaje alrededor del mundo. He cambiado mi sitio en la oficina por disfrutar cada día en un lugar diferente. Colaboro con Global Exchange y comparto mi viaje en hiworld.es y unceliacoporelmundo.com.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu