Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

Parcourir la côte ouest de l’Australie en voiture

Parcourir la côte ouest de l’Australie en voiture

En Australie, en Australie, ce géant, l’un des derniers grands pays à avoir été explorés par les Occidentaux, la nature règne encore en maitre, contrairement à ce qui se passe dans le reste du monde.

Le secret de cette hégémonie réside principalement dans le fait que ce pays, le sixième plus vaste au monde, possède à peine plus de la moitié des habitants que l’Espagne. Ceux-ci sont pour la plupart concentrés à l’est et au sud, laissant ainsi l’ouest et le centre aux plus courageux.

La côte ouest de l’Australie n’a rien à voir avec sa côte est. La première, celle de l’ouest, est traversée par une route rectiligne qui a l’air d’une cicatrice grisâtre qui perfore la terre rouge. Les kangourous, les émous, les lézards et bien d’autres animaux circulent en toute liberté sur une terre où l’homme parait minuscule.

Emu en Australia.

Il n’y a pas de transport public qui relie les rares zones urbaines de la côte ouest. La seule façon de l’explorer, c’est de le faire en voiture, de préférence dans un monospace ou une autocaravane, on porte ainsi sa maison sur son dos.

Faites une bonne réserve de nourriture, procurez-vous un bon matelas, des bidons d’eau et un peu de carburant — il peut y avoir plus de 400 km entre deux stations d’essence — ainsi qu’une ou deux roues de secours, faites le plein d’envie d’aventure et hop, c’est parti !

Perth : fin de la civilisation

Forte de plus de 2 millions d’habitants, Perth — capitale de l’État de l’Australie Occidentale — est la principale ville de la côte ouest de l’Australie.

Au fil de ses rues, elle m’a renvoyé l’image d’un grand centre financier qui conjugue harmonieusement une vie particulièrement tranquille sur la côte et des vignobles verdoyants au sud.

C’est là où vous devrez louer un véhicule, à moins que vous n’ayez été assez brave pour venir en conduisant depuis l’est. Comparez les nombreuses agences de location de voitures et choisissez un véhicule fiable qui ne vous abandonnera pas au milieu de nulle part.

En route vers le nord : désert des Pinnacles, parc national de Nambung (Cervantes)

Cervantes, notre très cher écrivain espagnol, s’étonnerait, depuis sa tombe, de voir un village qui porte son nom en Australie. Cette petite localité touristique est située à 255 km au nord de Perth. Jusqu’ici, le chemin est agréable, pas très sec, et parsemé de villages et de fermes ça et là. On est encore dans la civilisation.

Cervantes est la porte d’entrée au parc national de Nambung. Les Pinnacles, d’étranges formations calcaires, sont l’une de plusieurs attractions qu’elle possède, la plus grande. Ces roches en forme d’aiguilles, formées au fil des millénaires, sont dispersées entre des dunes qui terminent dans les eaux de l’océan Indien. Vous verrez des kangourous se promener au milieu d’arbustes, jusqu’à de grandes plages désertes sans crainte d’être dérangés.

The pinnacles, en Australia.

Certaines de ces aiguilles de pierre font jusqu’à 5 m de haut.

Ce paysage étrange comme il y en a peu vaut bien une escale de plusieurs heures. J’ai passé ma première nuit dans un parking de Cervantes.

Les coquillages de la Shell Beach

Au fur et à mesure qu’on s’éloigne de Cervantes, le chemin devient solitaire et on pénètre dans un no man’s land, une terre inhabitée. Bon, inhabitée, pas vraiment. Ici, les animaux sont les maitres absolus. Il faut conduire prudemment et éviter de le faire au coucher du soleil, car vous pourriez renverser un kangourou, un reptile ou un ému qui traversent la route comme si vraiment de rien n’était parce qu’ils savent qu’il n’y a presque personne qui passe par là.

Le paysage est le même des deux côtés de la route : une terre rouge, des arbustes marrons et verts, et parfois, l’océan, bleu.

À 800 km au nord de Perth et à 45 km au sud de Denham, se trouve The Shell Beach, l’une des deux seules plages au monde entièrement faites d’escargots de mer et de palourdes fossilisés. Celle-ci fait plus de 60 km de long et sa couche de fossiles atteint de 7 m à 10 m de profondeur. Son eau à une très forte teneur en sel, bien au-dessus de la moyenne.

Shell beach, Australia.

Étalez votre serviette sur ce manteau d’une blancheur resplendissante et couchez-vous sur mille ans de fossilisation.

Les dauphins de Monkey Mia

En continuant vers le nord, on passe par la petite ville de Denham sans s’arrêter et on avance 25 km vers le nord-ouest jusqu’à la réserve de Monkey Mia, dans la baie Shark.

Chaque jour, depuis les quarante dernières années, une famille de dauphins arrive sur la plage de Monkey Mia. Ces dauphins sont à l’état sauvage, mais se sont habitués à être nourris par l’être humain. Pour accéder à cette plage, il faut acheter un billet valable pour vingt-quatre heures et les soigneurs animaliers vous donnent un petit discours d’introduction avant de vous laisser entrer dans l’eau avec ces mammifères marins à l’heure de leur repas.

J’en ai nourri un moi-même. J’ai déposé un poisson dans la paume de ma main et je l’ai tendu ainsi juste à la surface de l’eau, le dauphin me l’a quitté avec une rapidité et une précision stupéfiantes.

Delfines en la reserva de Monkey Mia

Il y a un centre d’interprétation, un camping, des appartements et une auberge avec des zones communes pour le cas où vous décideriez de ne pas dormir dans votre monospace. Moi, oui, je l’ai fait et j’ai réussi à trouver un bel endroit où admirer le coucher du soleil et me reposer.

Les alentours de la baie Shark sont tout pleins de petites falaises, de magnifiques plages désertes et de beaucoup de nature.

Playa en la costa oeste de Australia.

Le matin suivant, j’ai pris le chemin de retour à Perth. J’ai conduit en tout près de 1800 km, mais il m’en est resté énormément pour pouvoir explorer la côte ouest de l’Australie de long en large. Il va falloir que j’y retourne.

En Australie, la monnaie en cours, c’est le dollar australien (AUD). Vous pouvez changer la vôtre contre celle-là chez Global Exchange.

David Escribano

Aunque estudié ADE y Económicas, siempre me gustó escribir historias inventadas. Hace una década que viajo para no tener que imaginarlas. Editor desde el 2007 en Viajablog y miembro de Travel Inspirers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu