Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

Visiter Madrid

Visiter Madrid

Bien des fois, la ville qu’on visite le moins, c’est celle où on réside. On dirait que, comme tout est vraiment à côté, sans le vouloir, on remet ça à plus tard. C’est bien dommage parce qu’il arrive souvent que cette ville regorge d’endroits qu’il faudrait visiter au moins une fois.

Moi, je vis à Madrid, en Espagne, et j’avoue que je la découvre un peu plus au fur et à mesure que le temps passe. Parmi tous les coins de cette ville, il y en a qui, pour moi, sont plus attrayants que d’autres et où j’essaie d’aller souvent. Il va donc sans dire que si quelqu’un me demande ce qu’il faut visiter dans la capitale espagnole, je leur recommanderais précisément ces coins.

Voulez-vous savoir quels sont ces endroits ?

Plaza Mayor

En plein cœur du quartier de Los Austrias, plus connu sous le nom de « Madrid de los Austrias », cette place baroque grouille de vie pendant toute l’année. Au carnaval, c’est là qu’on annonce le début des festivités ; en été, elle se remplit de terrasses (en hiver aussi, depuis quelque temps, grâce à ces poêles d’extérieur géniaux) et en décembre, elle est envahie par le marché de Noël. Sur cette place pavée, trône la statue du roi Philippe II d’Espagne à cheval ; il faut absolument aller la voir. Ça vaut aussi le coup d’aller se promener sous les arcades de cette place pour découvrir quelques vieilles boutiques, descendre l’escalier de l’arc des Cuchilleros ou de contempler la charmante Casa de la Panadería (en français, « Maison de la Boulangerie »).

La meilleure façon d’arriver sur la Plaza Mayor, c’est de prendre le métro, descendre à la station de Sol et emprunter les rues piétonnes qui y débouchent.

Imagen de la Plaza Mayor, en Madrid.

Musée du Prado

Parmi tous les grands musées de peinture madrilènes, mon préféré, c’est sans doute celui du Prado, un lieu plein d’histoire et d’art. Je vous recommande vivement d’aller visiter ce musée, construit en 1785 sur ordre de Charles III, peut-être parce que j’ai grandi avec ce musée et j’ai vu comment est-ce qu’il a évolué en mieux. Au départ, cette institution allait être un cabinet de sciences naturelles, mais Ferdinand VII, encouragé par son épouse Marie-Barbara de Bragance, le convertit en un musée de peinture et de sculpture.

Le musée du Prado a ouvert ses portes au public en 1819, avec une exposition d’œuvres provenant de collections royales comme Le jardin des Délices (Jérôme Bosch), Le chevalier à la main sur la poitrine (El Greco) ou La Sainte Famille (Raphaël). Aujourd’hui, les visiteurs peuvent contempler, en allant d’une salle à l’autre, des œuvres de grands peintres espagnols comme Goya et Vélasquez, sans oublier Murillo, Zurbarán et Sorolla, entre autres ; et d’artistes d’autres nationalités, comme Tintoret et Caravage.

Porte d’Alcala

La porte d’Alcala, l’un des symboles de Madrid, fut construite sur ordre de Charles III là où se trouvait une porte plus ancienne. Peu de gens savent que ce monument néoclassique et similaire aux anciens arcs de triomphe romains fut le premier en son genre construit en Europe après la chute de l’Empire romain.

Imagen de la Puerta de Alcalá, en Madrid.

Les fontaines de Madrid

Comme la bonne ville méditerranéenne aux origines arabes qu’elle est, Madrid a beaucoup de fontaines situées dans des parcs ou sur des places. Il y en a des petites et discrètes, et il y en a des grandes, voire monumentales. C’est parmi ces dernières que je vous recommande deux : la fontaine de Cybèle et la fontaine de Neptune. La première a en son centre une statue de la déesse de l’agriculture montée sur un char tiré par des lions et la deuxième, le dieu de la mer debout sur un char tiré par des chevaux ayant une queue de poisson. Ces deux fontaines furent construites à l’époque de Charles III. Aujourd’hui, elles sont le point de rassemblement des deux grandes équipes de football de Madrid et de leurs supporteurs — la Cybèle pour le Réal Madrid et la Neptune pour l’Atlético de Madrid.

Le parc du Retiro

Peu importe l’époque de l’année dans laquelle on se trouve, le parc du Retiro est un endroit où il fait bon se promener à la recherche de sculptures et de palais. Ce parc fut créé comme lieu de loisir pour la cour madrilène sous le règne de Ferdinand VII, qui en ouvrit une partie au peuple. En 1869, il fut mis à disposition de la municipalité dans sa totalité et partant, ouvert à tout le monde. Aujourd’hui, vous pouvez visiter librement quelques-uns de ses points d’intérêt comme la Galería de las Estatuas ou « promenade des Statues » — on y accède à travers la porte de l’Espagne —, le Palais de Cristal ou le monument d’Alphonse XII près de l’étang du parc.

Imagen del parque del Retiro, en Madrid.

Le temple de Debod

Un peu loin du centre-ville et au milieu de la végétation touffue du parc de l’Ouest, se trouve ce temple égyptien qui faillit être submergé par les eaux du lac Nasser, un barrage artificiel conçu pour contrôler le cours du Nil, qui, lui, engloutit à jamais beaucoup de restes d’une des civilisations les plus anciennes et les plus énigmatiques. Ce temple, maintenant situé à Madrid, fut sauvé avec d’autres temples que le Gouvernement égyptien offrit plus tard aux pays qui l’aidèrent économiquement parlant à sauver son riche patrimoine.

Imagen del templo de Debod, en Madrid.

La Plaza de Oriente

Tout près du quartier d’affaires de Madrid, se trouve la Plaza de Oriente (en français, « place de l’Orient »), l’une des plus belles places de la capitale espagnole. Cette place, avec ses jardins soignés, contient un bon nombre de statues de rois et, sur le côté rectiligne de la demi-lune qui la forme, le Palacio de Oriente (en français, « palais de l’Orient »), sans doute l’un des édifices les plus grandioses de Madrid. Aujourd’hui, on utilise ce palais pour y célébrer des diners et des actes officiels. On peut en visiter l’intérieur, c’est vrai, mais pour moi, c’est mieux de l’observer depuis la place que je recommande ou bien de descendre jusqu’aux jardins de Sabatini, qui sont tout proches et qui en offrent une vue différente. Pas très loin, on la cathédrale de l’Almudena.

Dernière chose. Sachez que la monnaie en cours en Espagne, c’est l’euro. Si l’euro n’est pas votre monnaie, vous pourrez changer celle que vous avez à votre arrivée dans l’un des bureaux de Global Exchange à l’aéroport Adolfo Suárez Madrid-Barajas.

Cristina Monsalvo López

Desde muy joven descubrí que mi pasión era viajar organizando mis propios viajes (y los de aquellos que me pedían ayuda). Como además me encanta hablar de ello, hace un tiempo empecé a contar mis historias en el blog "Kris por el mundo", donde también comparto mis fotografías. Mi continente preferido y al que siempre quiero regresar es Asia.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu