Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

Madaba et Jerash : deux excursions d’une journée depuis Amman

Madaba et Jerash : deux excursions d’une journée depuis Amman

La Jordanie est beaucoup plus que Pétra, même si l’ancienne capitale nabatéenne est la protagoniste incontestée du pays arabe.

Depuis Amman, porte d’entrée en Jordanie, on peut faire des différentes excursions d’une journée auprès plusieurs enclaves d’intérêt qui se trouvent à moins d’une heure de la capitale. Aujourd’hui, je vais parler de deux d’entre eux : Jerash et Madaba.

L’ancienne ville romaine de Jerash

Jerash est une des visites plus populaires de la Jordanie, conjointement avec Pétra et le désert du Wadi Rum. Il s’agit d’un des meilleurs vestiges laissés par civilisation romaine après son pas par le Moyen-Orient.

Pour arriver à Jerash tu peux prendre un autobus à gare routière de Tabarbour, au nord de la capitale. Le ticket coûte 1 dinar jordanien (JD), environ 1,14 euros, mais ils essayent de faire payer un peu plus aux touristes. Si tu préfères un peu plus de commodité, tu peux louer un taxi aller-retour avec deux heures d’attente par 40 JD (46 euros environ). Ne s’agissant pas d’un pays cher, tu peux te permettre des petits luxes en Jordanie.

Pour visiter le Parc archéologique de Jerash, qu’inclut le musée, tu dois payer 10 JD (11 euros). Je t’assure qu’il vaut la peine.

Il s’agit d’une des villes plus importantes du Moyen-Orient de l’époque romaine qui faisait partie de la Décapole, un groupe de dix villes situées dans la frontière orientale de l’empire romain dans le sud-ouest du Levant méditerranée. Ces dix populations ont fini par former une sorte de ligue commerciale, même si chacune était autonome.

Même si la zone était déjà habité depuis plus de trois millénaires, c’était pendant la colonisation romaine quand Jerash a fleurit. Presque tous les monuments que tu visiteras dans la ville font référence à ce moment historique, comme le magnifique arc du triomphe. Il s’appelle l’arc d’Hadrien, pour avoir été érigé à l’honneur du célèbre empereur, qu’avait visité la ville au début du IIème Siècle après J.-C.

Cependant, le lieu le plus emblématique de Jerash est le grandiose Place Ovale. Il s’agit d’un espace complètement inhabituel, lequel portait ouverture au Cardo, une magnifique voie colonnade. Cette place était construite au Ière Siècle après J.-C et attire l’attention, pas seulement par sa disposition elliptique, mais aussi par sa largeur. La Place ovale a une mesure de 80 par 90 mètres. Elle est entourée par 160 colonnes ioniques que mettent en valeur sa magnificence.

Cette place est suivie, comme je vous avais déjà dit, par le Cardo maximus, de presque 600 mètres de longueur. Il s’agissait d’une des voies plus importantes de la ville. Aux deux côtés, les deux bâtiments les plus importants de l’ancienne Jerash.

Un des bâtiments plus magnifique est ce de Nymphée, une fontaine publique dédiés aux nymphes et ornementées avec des statues avec des têtes de lions. Pas moins étonnant est le temple d’Artémis, dédié à la déesse patronne de la ville.

En dernière lieu, je ne veux pas manquer le aussi magnifique Théâtre, lequel disposait d’une capacité de trois mille personnes et qui est arrivé jusqu’à notre temps en excellent état de conservation. Cela a permet qu’elle, deux mille ans plus tard, continue en tant que siège de concerts et des productions théâtrales et musicaux.

Madaba et le plan de Palestine

Madaba est plus proche d’Amman que de Jerash. Ce sont juste 25 kilomètres lesquels séparent les deux villes. Pour arriver à Madaba tu peux prendre un minibus depuis la gare d’Amman (500 fils, 0,5 euros) ou un taxi partagé (pas plus de 2 JD, 2 euros plus ou moins).

La visite la plus important qu’il faut faire à Madaba est l’église Saint-Georges. La raison ? Ici on peut trouver un des mosaïques byzantins plus intéressants qu’est arrivé à notre temps. Il s’agit d’une vieille représentation cartographique qui nous soit parvenue de la terre sainte du VIème Siècle et qui occupe le sol de cette vénérable église. Curieusement, le mosaïque était caché jusqu’au XIXème Siècle, moment où l’église était restauré. C’est à ce moment-là, qu’ont vu le jour plus de deux millions et demi de tesselles formant cet unique trésor.

La carte de Palestine de l’église Saint-Georges occupait tout le sol du temple, mais on a pu récupérer seulement une partie. Des 94 mètres carrés du mosaïque originale, c’est seulement une quart ce qui est arrivé à notre époque. Mais c’est suffisant pour pouvoir nous rendre compte des détails de la carte, qui place parfaitement des lieux comme Jérusalem ou Jéricho. La Ville Sainte, par exemple, apparait complètement fortifié. En plus, on peut identifier de manière tout à fait claire le Decumanus maximus, lequel faisait référence à la rue principale pendant l’occupation romaine.

Les mosaïques demeurent encore, après mille cinq cents ans, un des moteurs économiques de la ville de Madaba. Car, autour des touristes qu’arrivent dans la ville pour visiter le célèbre mosaïque, ils ont été créés un grand nombre d’ateliers artisanales dédies à cet art. Ces qui le veulent peuvent retourner chez soi avec une.

Tu peux visiter l’église Saint-Georgers de Madaba du lundi au jeudi et les samedis. De 7 heures à 18 heures. Les vendredis et dimanches est ouverte de 10 heures jusqu’à 18 heures. Le ticket d’entrée coûte 1 dinar (1,14 euros).

Images: David Stanley, Antonio Campoy, Dale Gillard y Jenny Brown.

Où faire le change de devise pour mon voyage ?

Comme je t’ai déjà dit, pour visiter tous ces lieux tu auras besoin des dinars jordaniens. Global Exchange possède des bureaux de change de devise dans les aéroports principaux de plus de 20 pays, parmi lesquels se trouve la Jordanie. Cherche nos bureaux dans ton pays pour voyager tranquillement et toujours prêt pour payer si nécessaire.

Et si tu es déjà dans le pays, tu peux faire le change de devise dans n’importe quel de nos bureaux en Jordanie et te bénéficier d’une réduction du 15% pour présenter le bon suivante :

Jordi Martínez

Je suis un médecin qui adore voyager. J’ai la chance d’avoir pu visiter 80 pays, la plupart en compagnie de ma famille. Le meilleur investissement que l’on puisse faire, c’est d’aller à la découverte du monde dans lequel on vit. Vous trouverez le récit de mes voyages sur milviatges.com.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu