Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

Koh Phayam et Koh Mook : des îles peu fréquentées en Thaïlande

Koh Phayam et Koh Mook : des îles peu fréquentées en Thaïlande

Il y a deux décennies de cela que la Thaïlande s’est consolidée en tant que paradis pour randonneurs, par excellence, du Sud-Est asiatique. L’époque est révolue où les aventuriers hippies, après avoir passé quelques mois en retraite en Inde et au Népal, continuaient vers l’est afin de profiter des magnifiques plages désertes de la côte et des îles thaïlandaises.

Aujourd’hui, il y a plus de 20 millions d’étrangers qui vont en Thaïlande chaque année, ce qui signifie, directement ou indirectement, 20 % du PIB de ce pays.

L’autoproclamé « pays du sourire » a tout ce qu’un touriste peut désirer : de belles plages, des forêts, de l’histoire, des temples, des fêtes, des prix bas, une cuisine délicieuse et variée, de bonnes infrastructures, des activités, etc. Et à tous ces éléments, il faut ajouter l’amabilité et l’hospitalité de ses gens qui, bien qu’elle ait baissé en même temps que l’avalanche de touristes augmentait, sont encore grandes.

Mais tout cela a son côté négatif, à savoir la massification. De nombreuses îles thaïlandaises, comme Koh Phi Phi, Koh Lanta, Koh Phuket, Koh Phangan et Koh Samui ont été bénies d’une beauté naturelle enviable, mais elles se sont converties en un nid de complexes hôteliers et de randonneurs. Il est donc devenu plus difficile de voir quelqu’un qui y ait vécu avant le boom que de voir une baleine rose dans leurs eaux.

C’est pourquoi il faut chercher des îles ou des endroits qui n’aient pas été envahis par le tourisme de masse. Je vous propose Koh Mook (île Mook) et Koh Phayam (île Phayam).

Koh Phayam

Comment arriver sur Koh Phayam

Koh Phayam est située très près de la frontière avec le Myanmar. Pour y arriver depuis Bangkok, je vous recommande de n’acheter aucun des voyages à forfait que la multitude d’agences qui bondent les rues les plus touristiques et remplies de randonneurs de la capitale (Khao San Road et ses alentours) vous proposent. Le prix d’un de ces forfaits fait souvent dans les 1400 bahts (THB) — vous pourrez changer les devises que vous avez pour votre voyage contre des bahts chez Global Exchange.

Koh Phayam, Tailandia

Au terminal sud de la gare routière de Bangkok, il faudra prendre l’un des véhicules quotidiens pour 350 THB qui se dirigent vers Ranong, à environ 540 kilomètres au sud-ouest de Bangkok. Arrivé à ce point, dirigez-vous au quai d’où partent les petits bateaux quotidiens qui portent des vivres et quelques touristes à Koh Phayam. Le trajet dure deux heures, plus ou moins, en ferry (150 THB) et une heure et demie en bateau rapide (350 THB).

Imagen de Koh phayam, en Tailandia

Profiter de l’île

Détrompez-vous, Koh Phayam n’est pas l’île qui a les meilleures plages ni les eaux les plus propres ; elle n’est pas non plus l’endroit idéal pour observer la vie sous-marine. Toutefois, elle a de jolis endroits que vous pourrez parcourir dans une tranquillité que vous trouverez difficilement dans d’autres îles thaïlandaises.

La plupart des logements consistant en des cabanes en bois sont situés sur les vastes plages d’Ao Wai et d’Ao Yai, bien qu’il y ait des criques plus petites sur l’île ; une de ces criques est à proximité du quai où arrive le ferry. Il y a deux façons de les explorer : louer une petite moto pour parcourir les chemins étroits au milieu de la végétation ou louer un kayak.

Imagen de Koh Phayam

Louer une moto ne coûte, en général, qu’environ 150 (change manuel) ou 250 THB (change automatique) par jour, mais le kayak est une façon plus saine et plus jolie de parcourir la côte de Koh Phayam.

À Koh Phayam, les jours s’écoulent au rythme que vous voulez. Vous pouvez vous promener dans les forêts intérieures de l’île, vous baigner dans les eaux de couleur bleue verdâtre, vous coucher dans les criques ou sur les plages. Vous pouvez aussi vous promener en kayak ou entrer en rapport avec les habitants du coin ou les autres voyageurs dans l’un des bars de plage d’où vous pouvez contempler la mer d’Andaman pendant que vous dégustez un bon jus de fruit plus et Jack Jones avec des chansons de Bob Marley en fond sonore.

Un lieu idéal pour se détendre.

Koh Mook

Comment arriver sur Koh Mook

Koh Mook est minuscule et aussi située dans la mer d’Andaman, assez proche de la belle et touristique Koh Lanta.

Imagen de Koh Mook

Pour y arriver, il faut prendre un ferry qui part de Koh Lanta une fois par jour et fait le trajet en une heure et demie (un billet coûte 350 THB). En basse saison, c’est-à-dire en saison des pluies, il n’y a pas souvent de service direct et le bateau fait plusieurs escales dans d’autres îles où on peut faire de la randonnée palmée. Cela a été mon cas et j’avoue que le résultat a été meilleur : j’ai vu une quantité de vie sous-marine à laquelle je ne m’attendais pas et je me suis amusé comme un fou.

À Koh Mook, il n’y pas de quai où les bateaux de grande taille peuvent accoster ; des hommes sont donc venus nous chercher dans une petite embarcation et nous ont emmenés à la plage.

Savourer les plaisirs de Koh Mook

La minuscule Koh Mook est pratiquement couverte de végétation et on peut parcourir les 3,5 kilomètres qui séparent sa côte est de l’ouest en 45 minutes à pied. Pour les plus paresseux, il y a un service de moto taxi à un tarif fixe de 50 THB par personne.

Imagen de koh Mook

Dans l’est de l’île, on trouve un complexe hôtelier de luxe dont la plage est publique. Ici, le sable est doré et l’eau a de jolies nuances. À marée basse, ça vaut la peine de visiter la grotte de Morakok, aussi connue sous le nom de grotte d’Émeraude, à laquelle on peut accéder en nageant.

La meilleure zone de l’île pour faire de la randonnée palmée se trouve juste à l’entrée de ladite grotte. Une foule d’espèces de poissons multicolores nagent en toute liberté dans ces eaux calmes.

Imagen de Koh Mook

Quant aux habitants de l’île, ce sont des gens vraiment aimables ; on note qu’ils ne sont pas beaucoup habitués au tourisme et continuent de vivre dans leur innocence première, chose que les Thaïlandais qui vivent dans les principaux sites touristiques ont perdue. Vous pourrez prendre un verre avec eux dans les rares bars qu’il y a là-bas.

Des eaux de couleur de turquoise, des forêts vertes, des gens aimables, des grottes, une vie sous-marine riche et beaucoup, beaucoup de tranquillité. Que demander de plus ?

David Escribano

Aunque estudié ADE y Económicas, siempre me gustó escribir historias inventadas. Hace una década que viajo para no tener que imaginarlas. Editor desde el 2007 en Viajablog y miembro de Travel Inspirers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu