Travel and Exchange est le blog des voyageurs qui changent de l’argent.

Florianópolis : vacances d’été à l’île de Santa Catarina

Florianópolis : vacances d’été à l’île de Santa Catarina

Maintenant que les jours sont courts, et que je dois enrouler mon écharpe autour de mon cou et cacher ma calvitie en mettant un bonnet de laine, je me souviens des endroits où, à cette même époque de l’année précédente, j’étais en train de me baigner à la plage et me promener dans la rue en sandales et tee-shirt.

Je me revois aussi avec une caipirinha en main — ça, tous les jours —, et tout me ramène vers le Brésil, et les jours magnifiques que j’ai passé à Florianópolis il y a environ trois ans me reviennent à l’esprit.

Florianópolis est la capitale de l’État de Santa Catarina, au sud du Brésil. La plus grande partie de son territoire est construite sur la surface de l’île de Santa Catarina, qui lui donne cette réputation de ville touristique.

Je suis arrivé à Floripa, l’autre nom sous lequel cette localité est connue de tous les Brésiliens, tous les Argentins et tous les Uruguayens qui y passent leurs vacances d’été, dans un bus en provenance de la chaleur étouffante et des vastes étendues sauvages de la zone du marais El Pantanal. Nous cherchions seulement la manière la plus facile d’arriver à une plage où nous pourrions nous rafraîchir et nous prélasser.

Imagen de Guarda do Embaú, Florianópolis

C’était aux premiers jours de septembre, presque l’une des meilleures époques de l’année pour visiter l’île de Santa Catarina. Cette zone est un lieu de vacances très populaire, ce qui fait que pendant l’été — janvier et février dans l’hémisphère sud —, elle fourmille de touristes qui font flamber des prix déjà pas faibles du tout. Dans la deuxième quinzaine de décembre, la température est parfaite pour profiter de tout sans foule et au meilleur prix.

Nous étions à peine sortis du terminal de bus désert qu’on avait déjà un logement. Un homme s’est approché de nous et nous a offert une vieille maison, spacieuse et n’ayant que le rez-de-chaussée, située à 15 mètres de la plage de Barra da Lagoa, à l’est de l’île. Cette maison se composait de deux chambres à coucher, deux douches et une cuisine équipée, le tout pour 9 euros par personne la nuit. Bénie soit la basse saison.

Imagen de la playa de Barra de Lagoa

L’île de Santa Catarina est divisée en logement, types de plage et loisirs, selon ses points cardinaux.

Au nord on a la zone de Canasvieiras, Jurerê et Jurerê Internacional, la plus élitiste. C’est ici que se concentre le tourisme plus international — des Argentins, surtout —, dans un mélange acrobatique de familles et de jeunes qui veulent faire la fête. Les familles profitent des eaux les plus chaudes et les plus tranquilles de toute l’île, ainsi que des meilleures infrastructures hors de Florianópolis. Les jeunes, de leur côté, goûtent un repos bien mérité sur la plage après de folles nuits d’été.

C’est au sud que se concentrent les voyageurs les plus aventureux. Ici, il y a moins d’infrastructures et les plages, comme Campeche, par exemple, sont situées au bord de cours d’eau beaucoup plus houleux et froids que ceux du nord. Cette région est l’éden particulier de ceux qui cherchent des criques vierges où pouvoir profiter de la nature dans une solitude quasi absolue.

À l’ouest, point où l’île s’unit au continent, se trouve la ville même. Florianópolis est une grande ville qui n’a pas beaucoup de charme pour le voyageur à part le fait d’être la capitale et le centre administratif de l’État de Santa Catarina. Elle est unie au continent par un long pont et, en général, les visiteurs l’abandonnent lorsqu’ils quittent la gare routière.

Guarda do Embaú, Florianópolis

C’est à l’est que j’ai passé la majeure partie de mon séjour à Floripa. Cette partie de l’île est une sorte de mélange de toutes les autres.

Barra da Lagoa n’est qu’un petit village de cinq ou six rues où les vieilles maisons basses sont devenues des résidences qu’on loue aux touristes. Il y a de petites boutiques et de rares restaurants qui font que vous n’êtes pas obligé de sortir du village si vous ne voulez pas le faire.

Nous y avons mené une vie simple. Nous achetions des fruits frais le matin (mangues, papayes, ananas et autres fruits tropicaux à des prix ridiculement bas), nous descendions sur la plage quelques instants, nous mangions, nous faisions la sieste et l’après-midi, nous courions sur le sable jusqu’à l’endroit où les signes de civilisation disparaissent et la mer effleure un épais bois vert.

Imagen de la playa de Barra de Lagoa

Si vous vous logez ici et vous voulez vous amuser un peu, je vous recommande d’aller à Lagoa da Conceição, un village proche érigé au bord de la lagune d’eau salée portant le même nom. Toute la vie nocturne qui va vous manquer à Barra, vous la trouverez sur deux rues : musique en direct, restaurants et bars bondés ; caipirinhas et bières Brahma ; et pour finir, la discothèque John Bull.

Pour les amateurs de surf et de kitesurf, il y a deux plages qui réunissent les conditions parfaites pour pratiquer ces sports :  Mole et Joaquina. Situées à l’est de l’île, au sud de Barra, on peut y accéder en bus public.

Néanmoins, vu le grand nombre et la variété de plages, la meilleure façon de connaître l’île de Santa Catarina c’est de louer une voiture. Il est impossible d’accéder aux meilleures criques en transport public, et à quelques-unes d’elles on ne peut même pas le faire en transport privé : il faut garer la voiture à quelques centaines de mètres et faire du trekking par des chemins qui traversent des dunes denses. Mais une chose est claire : l’effort en vaut la peine.

Ôtez votre manteau, jetez l’écharpe au fond de l’armoire et venez à Floripa !

Juste un rappel : la monnaie officielle du Brésil est le réal brésilien. Vous pouvez changer vos euros ou vos dollars dans l’un des bureaux que Global Exchange a ouverts dans ce pays.

[cta id= »21013″ align= »none »]

David Escribano

Aunque estudié ADE y Económicas, siempre me gustó escribir historias inventadas. Hace una década que viajo para no tener que imaginarlas. Editor desde el 2007 en Viajablog y miembro de Travel Inspirers.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu